L’accouchement et la naissance

Accouchement et naissance…

L’accouchement (travail, naissance ou parturition) est l’aboutissement de la grossesse, la sortie d’un enfant de l’utérus de sa mère.

On peut le considérer comme le contraire de la mort, puisqu’il est le début de la vie d’une personne hors du sein maternel. L’âge d’une personne est défini dans la plupart des cultures par rapport à cet événement .

Premier stade de l’accouchement

Une naissance commence par le premier stade du travail : des contractions de l’utérus, initialement toutes les 10 à 30 minutes et durant environ 40 secondes chacune. Parfois, le travail commence par la rupture de la poche amniotique ou poche des eaux (formée de deux membranes jumelles, le chorion et l’amnios). Les contractions vont s’accélérer jusqu’à se faire sentir  toutes les deux minutes bien que ce ne soit pas toujours le cas. La durée des contractions va également augmenter jusqu’à la fin de la première phase, elles durent généralement de 70 à 90 secondes.

Pendant une contraction les longs muscles de l’utérus se contractent, en commençant par le haut de l’utérus et en progressant jusqu’aux fesses. Ensuite, les muscles se relâchent mais demeurent plus courts qu’au début de la contraction. Cette traction tire le col de l’utérus par-dessus la tête du bébé. Chaque contraction dilate alors le col jusqu’à ce qu’il atteigne environ 10 cm de diamètre.

La durée du travail varie énormément, mais atteint une moyenne de 13 heures, dans un environnement médicalisé de gestion active du travail, pour les femmes donnant naissance à leur premier enfant (primipares) et 8 heures pour celles ayant déjà donné la vie.

Cependant, de telles valeurs sont bien entendu extrêmement variables, et dépendront de plusieurs facteurs, dont :

* Tonicité de l’utérus
* Diamètre foetal en voie d’engagement
* Grande multiparité
* Stimulation par Ocytocine
* Dimensions du bassin maternel
* Gémellarité
* État psychologique de la femme en travail
* Position d’accouchement

Une façon naturelle d’accélérer le début du travail est la marche prolongée, qui use la poche des eaux et favorise sa rupture en fin de la grossesse.

Deuxième stade de l’accouchement

Dans la deuxième phase du travail, le bébé est expulsé du ventre à travers les voies génitales à la fois par les contractions utérines et de puissantes contractions abdominales (le fait de « pousser »). L’imminence de ce deuxième stade peut s’estimer par le score de Malinas.

Le bébé naît le plus souvent la tête la première. Dans certains cas, le bébé se présente par le siège, ce qui signifie que les pieds ou les fesses se présentent en premier. Avec un personnel bien formé et si les circonstances s’y prêtent, même un bébé en naissant par le siège peut sortir par le vagin.

Il y a plusieurs types de naissance  par le siège. La plus commune est celle où les fesses du bébé arrivent en premier et les jambes sont repliées contre son corps avec les genoux en tailleur et les pieds près des fesses (siège complet). D’autres possibilités sont le siège décomplété en mode des fesses, qui ressemble beaucoup au siège complet mais les jambes du bébé sont allongés jusqu’aux oreilles, et le siège décomplété en mode des pieds, dans lequel une ou deux jambes sont tendues et le ou les pieds se présentent en premier. Une autre présentation rare est celle de l’allongement transverse. C’est le cas où le bébé est en travers dans le ventre et un bras ou un coude s’est introduit en premier dans le canal vaginal.

Immédiatement après la naissance, l’enfant subit des modifications physiologiques importantes en même temps qu’il s’adapte à la vie aérienne. Plusieurs structures cardiaques commencent à s’atrophier immédiatement après la naissance, comme le canal artériel (ductus arteriosus) et le trou de Botal (foramen ovale).

La condition médicale de l’enfant est mesurée par le score d’Apgar, basé sur cinq paramètres. Un « bon départ » correspond à un score élevé, tandis qu’un enfant en mauvaise condition aura des scores faibles qui ne s’améliorent pas rapidement.

Troisième stade de l’accouchement

Le troisième stade du travail se produit le plus souvent durant les quinze minutes à une heure qui suit la naissance du bébé. Pendant cette phase, l’utérus expulse le placenta (délivrance). Si la femme n’a pas reçu d’ocytocine artificielle, et particulièrement lors d’accouchements spontanés en l’absence de surveillance médicale, il arrive que le placenta soit décollé de la paroi utérine, mais expulsé plusieurs dizaines d’heures après l’accouchement. Il est indispensable que la totalité du placenta soit expulsée, c’est pourquoi la sage-femme, le compagnon ou la femme elle-même l’examinera pour s’assurer qu’il est intact. En effet un morceau restant peut provoquer une hémorragie de la délivrance ou une infection, surtout si la femme a subi des interventions intrusives : touchers vaginaux, extraction instrumentale etc.

Des études montrent qu’après la première demi-heure suivant l’expulsion du fœtus, le risque de saignement post-partum augmente significativement : en règle générale, le praticien s’assure que le placenta soit sorti entier de la cavité utérine après ce délai. Cette précaution est quasiment protocolaire, pour minimiser le risque juridique.

Après la naissance

Usuellement, les parents donnent au nouveau-né son ou ses noms d’usage peu après sa naissance. Ils peuvent avoir deux jeux de noms prêts, selon que c’est un garçon ou une fille.

Souvent les proches rendent visite à la mère et au bébé et lui apportent des cadeaux. Pour des raisons d’hygiène, la plupart des maternités déconseillent les fleurs.

De nombreuses cultures pratiquent des rites initiatiques pour les nouveau-nés, tels que la circoncision et le baptême, entre autres.

Consultation post-natale

Elle est faite dans les 8 semaines suivant l’accouchement, elle renseigne sur :

– L’existence de troubles urinaires ou sexuels secondaires à l’accouchement.
– Examen de la cicatrice d’une éventuelle épisiotomie.
– Discussion sur la contraception si le retour de couches a eu lieu (reprise des menstruations).
– Les indications d’une rééducation périnéale si nécessaire, ou abdominale.