Accouchement : comment se passe le déclenchement ?

Dans les cas où le travail ne commence pas tout seul, les médecins peuvent avoir recours au travail provoqué. S’il existe des facteurs qui mettent la vie de la mère ou du bébé en danger, l’accouchement provoqué est recommandée. En bref, une gynécologue et obstétricienne, définit le travail induit comme un travail qui est déclenché artificiellement.

Lorsqu’elle est bien indiquée et réalisée avec succès, l’induction aide une femme à avoir son bébé sans avoir besoin d’une césarienne. Pourtant, il faut savoir ses avantages, ses inconvénients et les principales méthodes utilisées.

Qu’est-ce que l’accouchement provoqué ?

Le gynécologue, obstétricien, est un précurseur de l’accouchement sans peur. Il explique que l’accouchement provoqué est un accouchement pour lequel il est nécessaire d’utiliser des ressources externes pour déclencher le travail. Il est essentiel que l’induction soit toujours guidée et contrôlée par le médecin. « Toute méthode d’induction doit être utilisée avec des critères, en comptant sur une bonne vigilance en matière de sécurité et de bien-être maternel et fœtal », ajoute le professionnel. 

Dans quels cas l’accouchement provoqué est-il indiqué ?

Quand il est recommandé

Post-datisme : l’accouchement provoqué peut être indiqué lorsque la 40e ou 41e semaine de gestation est passée.

Indication de résolution (anticipation de la naissance) : l’accouchement provoqué peut être envisagé lorsqu’il est nécessaire d’anticiper la naissance. Citons des exemples : une mère diabétique, ou éclamptique, un retard de croissance du bébé, une réduction des liquides. Enfin, il existe des situations dans lesquelles la résolution de la grossesse est indiquée, au lieu de simplement imaginer une césarienne. La plupart du temps, on peut avoir recours à un accouchement induit, avec la possibilité d’évoluer vers un accouchement normal. 

Il n’est pas recommandé lorsque :

  • il y a une détresse fœtale
  • le fœtus n’a plus de battements de cœur
  • la grossesse est celle de jumeaux ou de plusieurs bébés
  • il y a un herpès génital actif chez la mère
  • le bébé n’est pas à l’envers
  • la mère a subi plus de deux césariennes lors de grossesses antérieures (en raison de cicatrices dans l’utérus)
  • il y a un prolapsus du cordon ombilical (parce qu’il y a un risque que le bébé comprime le cordon pendant l’accouchement)
  • le placenta est antérieur (lorsqu’il est très bas sur le col de l’utérus)
  • le bébé est trop grand (ayant plus de 4 kg)
  • il y a un risque d’infection à l’intérieur de l’utérus.

Ce sont là les principaux exemples, mais c’est toujours le médecin responsable qui doit prendre la décision de provoquer ou non l’accouchement. On doit tenir compte des facteurs qui évaluent le risque et les avantages de cette procédure.

Le déclenchement de l’accouchement vise à obtenir une naissance normale.  Lorsque l’induction est tentée sans succès, l’indication est que l’accouchement sera effectué, auquel cas, une césarienne. 

Les avantages et les inconvénients du travail induit

Le déclenchement de l’accouchement peut être bénéfique dans diverses circonstances cliniques. Vérifiez les principaux avantages et inconvénients :

Les avantages

Karina explique que l’accouchement provoqué évite la césarienne, si tel est le souhait de la femme. Lorsque la femme enceinte n’est pas en travail, la grossesse est indiquée.

Les inconvénients

Selon l’OMS, cette procédure augmente la probabilité d’une anesthésie épi-durale pendant le travail. L’admission du nouveau-né dans une unité de soins intensifs néonatale, l’ablation de l’utérus, la césarienne et, par conséquent, une période de récupération plus longue. L’inconvénient de l’accouchement provoqué est exactement l’augmentation du taux de césarienne.

Les méthodes d’incitation au travail

Les méthodes utilisées pour induire le travail peuvent être divisées en stimuli naturels, stimuli mécaniques et stimuli pharmacologiques. Apprenez comment ils agissent :

  • Méthodes à l’hôpital

Méthodes mécaniques : lorsque des techniques mécaniques telles que la rupture de la membrane sont utilisées ou la sonde (placée derrière le col de l’utérus pour libérer la prostaglandine). Pour définir la meilleure option, nous prenons en compte les caractéristiques du col de l’utérus et l’état clinique de la patiente. 

Médicaments : le gynécologue et obstétricien explique qu’il existe certains médicaments (prostaglandines) qui aident à la préparation du côlon. Ils peuvent déclencher le travail. Ils sont généralement placés dans le canal vaginal.

Ocytocine : c’est probablement la méthode la plus utilisée pour déclencher le travail. La substance est appliquée avec du sérum dans la veine de la femme enceinte afin de produire les contractions. C’est une méthode qui donne une bonne indication si le cou est favorable.

  • Méthodes naturelles

Acupuncture : elle peut contribuer dans certains cas, principalement en ce qui concerne le stress, la peur et la libération de certaines hormones.

Les exercices physiques favorisent la relaxation grâce à la libération d’endorphines. Le mouvement peut amener la tête du bébé à appuyer sur le col de l’utérus. Cela contribue à l’adaptation et au déclenchement du travail.

Les rapports sexuels : les rapports sexuels peuvent aider grâce à la stimulation utérine provoquée par les orgasmes. La libération d’ocytocine et la prostaglandine du sperme facilitent le travail.

Massage des mamelons : toutes les mesures qui stimulent la production d’ocytocine peuvent aider. Comme c’est le cas pour la stimulation des mamelons.

Bain chaud : il existe des situations où un bain chaud aide en soulageant la contraction musculaire. Il peut se produire en raison de la peur ou de la douleur.

La vérité est qu’il n’existe pas de méthode idéale pour induire le travail. Pour chaque cas, il y aura la méthode plus ou moins indiquée. Quoi qu’il en soit, toute méthode doit être utilisée avec des critères. « Une bonne vigilance est nécessaire pour le bien-être de la mère et du fœtus. Lorsqu’il y a une augmentation des contractions ou qu’elles deviennent plus intenses, il est nécessaire de prêter attention à certaines mesures de protection du bébé. Et il convient de souligner que même les méthodes naturelles doivent toujours être guidées par le médecin. Guimarães souligne que, parallèlement à toute méthode d’induction de l’accouchement, il est très important de préparer cette femme à la validité ou à la nécessité d’une induction. “Il est essentiel d’expliquer ce qui est fait, en précisant qu’il s’agit de mesures visant à déclencher le travail, en la laissant aussi calme que possible”.