15 faits intéressants sur l’allaitement maternel

Pour l’étranger, c’est juste une mère qui nourrit son bébé. Pour la femme et l’enfant, cependant, l’allaitement est un moment unique, une démonstration d’amour difficile à décrire avec des mots. Si l’on y regarde de plus près, l’allaitement présente vraiment des caractéristiques charmantes, qui semblent presque magiques. Par exemple, saviez-vous que la salive d’un bébé malade est capable de stimuler l’organisme de sa mère pour qu’elle produise exactement les anticorps dont il a besoin pour se rétablir, ainsi que de faire en sorte que le lait contienne davantage de cellules qui combattent les infections. Ce n’est là qu’un des faits qui valident la recommandation de l’OMS d’allaiter un bébé jusqu’à l’âge de deux ans, mais il y a bien d’autres curiosités à propos de cet incroyable acte d’amour entre une mère et son bébé. Pour en savoir plus, il existe 15 faits intéressants sur l’allaitement maternel.

1. Il commence tôt

Même si l’allaitement n’a lieu qu’après la naissance du bébé, le corps commence à se préparer dès le deuxième mois de la grossesse. Les canaux mammaires commencent à se former et à se dilater, et le lait commence à être produit par de petits groupes de cellules, protégées par la graisse et le tissu conjonctif. Parfois, la production de lait est terminée avant même la naissance du bébé. C’est pourquoi certaines femmes doivent faire face à des fuites de lait au cours des dernières semaines de leur grossesse.

2. Il est associé aux hormones

Pendant la grossesse, l’œstrogène et la progestérone sont responsables des changements physiques de cette période. La prolactine, quant à elle, augmente pendant la grossesse et est l’hormone qui induit la formation des canaux galactophores et la production de lait lui-même. Enfin, après la naissance du bébé, l’ocytocine, connue sous le nom d’hormone de l’amour, entre en scène. Cette hormone joue un rôle important dans l’établissement de la relation entre la mère et l’enfant et est libérée en grande quantité pendant l’allaitement.

3. Il protège la mère

En plus d’être essentiel pour protéger le bébé contre les maladies et d’être la source de la meilleure nourriture disponible pour lui, l’allaitement maternel favorise également la santé de la mère. Ce processus réduit les risques que la mère développe l’ostéoporose et le cancer du sein et des ovaires.

4. Il s’adapte en fonction de la fréquence des flux

L’allaitement est un processus polyvalent qui s’adapte à une série de stimuli, dont le principal est la succion du bébé lui-même. Cette action stimule les récepteurs dans les seins, qui signalent au corps d’augmenter la production. Ainsi, à mesure que le bébé grandit et que son besoin de lait augmente, on produit davantage de lait entre les tétées pour répondre à cette demande.

5. Il est bénéfique aux mères diabétiques

Les femmes qui allaitent voient leur taux de glycémie contrôlé naturellement, ce qui est un grand avantage pour celles qui ont connu une aggravation d’un diabète préexistant pendant leur grossesse ou qui ont souffert d’un diabète gestationnel. Ce contrôle de la glycémie n’élimine pas la nécessité d’administrer des médicaments pour le diabète, mais leur dosage peut être réduit.

6. Il est bon pour le corps en post-partum

Pendant l’allaitement, l’ocytocine augmente les contractions utérines, ce qui stimule l’utérus à retrouver sa taille normale même après la grande expansion qu’il a subie pendant la grossesse. De plus, cette hormone minimise les saignements après l’accouchement. La prolactine, quant à elle, est une hormone de relaxation qui aide la mère à faire face aux situations stressantes de l’arrivée du bébé, en prévenant la dépression post-partum et en aidant la mère à la surmonter.

7. Le lait maternel change au cours de la journée

Les mères savent que la composition du lait change en fonction de l’alimentation, de l’environnement et du moment de la journée. Le lait maternel produit la nuit, par exemple, contient plus de substances qui aident le bébé à s’endormir. Ce lait contient plus de mélatonine, qui aide le bébé à développer son cycle circadien, en entrant plus rapidement dans un rythme d’éveil pendant la journée et de sommeil pendant la nuit. En outre, la composition du lait varie également pendant l’allaitement lui-même. Alors que le lait libéré au début de l’alimentation contient plus de substances activatrices du système immunitaire et donne moins de sensation de satiété, le lait à la fin est plus riche en graisses et en calories, précisément pour satisfaire l’appétit du bébé.

8. Le tabagisme nuit à l’allaitement maternel

L’une des conséquences du tabagisme est la diminution de la production de prolactine, qui se traduit par la réduction de la production de lait par rapport aux mères non-fumeuses. La nicotine, quant à elle, rend difficile l’extraction du lait, ce qui rend impossible l’alimentation du bébé. Enfin, la cigarette diminue la quantité d’iode dans le lait, ce qui peut affecter l’apport de cet élément au bébé.

9. Elle varie d’une femme à l’autre

Deux femmes ne produiront jamais des laits identiques, bien qu’ils puissent être aussi nutritifs l’un que l’autre. En effet, la production varie en fonction de l’heure de la journée, de la nourriture et de facteurs environnementaux. En outre, certaines maladies chroniques et la consommation continue de médicaments pendant la vie d’une femme peuvent affecter la production de lait. Il est donc important de ne pas vous comparer à d’autres femmes qui ont un lait soi-disant “meilleur” que le vôtre, vous faites de votre mieux.

10. L’aspiration augmente la production de lait

Allaitement maternel : dissiper les doutes et consulter les conseils et rapports des mères. L’utilisation du tire-lait pour extraire le lait et le stocker lorsque la mère ne peut pas offrir le sein pour une raison quelconque contribue à augmenter la production. La pompe imite la succion du bébé et fait en sorte que le corps libère plus de lait, remplaçant la quantité qui a été retirée.

11. Il reste toujours un peu de lait

Le sein n’est jamais complètement vide lorsque le bébé est encore en train d’être allaité. Cependant, comme il reste peu de réserve, le manque de lait stimule le réflexe qui déclenche la production de plus de lait, car la quantité laissée au sein ne suffirait pas à le nourrir à la prochaine tétée. Même, chez les femmes qui allaitent exclusivement, le lait peut mettre des semaines ou des mois à disparaître complètement.

12. Le lait répond aux maladies du bébé

L’allaitement est tellement incroyable que lorsque le bébé est malade, le lait change pour l’aider à se rétablir. En effet, les composants de la salive du bébé stimulent le sein à produire des antibiotiques spécifiques pour la maladie, les libérant dans le lait. De plus, le fait de sucer un bébé malade rend le lait plus riche en leucocytes, les cellules responsables de notre immunité.

13. Le lait est différent pour les bébés garçons et filles

Des études ont montré que les mères produisent un lait plus dense et plus gras lorsque le bébé est un garçon. Une étude menée sur des animaux à l’université de Harvard a montré que le lait produit pour les petites filles contient plus de calcium, tandis que le lait des garçons contient plus de protéines et moins de sucre. Les résultats n’ont pas encore pu être extrapolés à l’homme.

14. Le lait maternel contient les bons micro-organismes

Même si la mère est malade, les micro-organismes qui causent une infection ne sont jamais transférés au bébé par l’allaitement, car ils sont filtrés avant que le lait n’atteigne les canaux galactophores. Cela ne signifie pas pour autant que le lait est stérile. En fait, le lait maternel contient des bactéries probiotiques, semblables à celles que l’on trouve dans les yaourts, qui aident au développement du système digestif des bébés.

15. Les mères mal nourries peuvent allaiter

Un autre fait magique de l’allaitement maternel est que même les mères mal nourries peuvent nourrir leurs bébés. Bien que le processus puisse être épuisant, la qualité du lait est si bonne qu’elle permet de nourrir l’enfant. En outre, comme l’allaitement maternel offre un certain nombre d’avantages pour la santé de la mère, l’allaitement ne constitue pas un danger pour la santé déjà faible d’une mère mal nourrie, au contraire. Même si la mère a une carence en vitamines ou en minéraux, il vaut mieux la supplémenter que le bébé, en la gardant exclusivement au sein chaque fois que cela est possible